Cash Investigation sur les travailleurs détachés, un sujet idéal pour les twittos de #loitravailnonmerci

La dernière émission de Cash Investigation, diffusée le 22 mars 2016, était pour le coup au cœur de l’actualité puisque la thématique de cette enquête menée pendant plusieurs mois est celle du travail low cost via les salariés européens détachés en France. Le lien est ainsi évident avec la mobilisation contre la loi travail, qui a vu de nombreux salariés témoignés contre la précarisation de leur situation, comme le montre très bien l’analyse de Thierry Herrant.

Pour autant, le total de tweets envoyés est revenu aux niveaux antérieurs à l’émission qui a obtenu le plus de réactions à ce jour, celle sur les pesticides du 2 février dernier.

A l’aide de la plateforme de veille sur twitter Visibrain, j’ai pu identifier un peu plus de 21 000 tweets qui ont été envoyés pendant et le lendemain de l’émission.

La loi travail au cœur des réactions sur twitter

2016-03-24_1111Sans surprise, d’autant plus avec la table ronde à la fin de l’émission qui accueillait Myriam El Khomri, les tweets sur l’émission tournent principalement autour de la loi travail. 727 mentions de #loitravailnonmerci, #650 mentions de #onvautmieuxqueca …

L’utilisation de l’outil de cartographie Gephi permet d’identifier différentes « communautés », c’est-à-dire des ensembles de comptes twitter échangeant les uns avec les autres sur le sujet en reprenant les mêmes idées, ainsi que leurs leaders :

03_carto_centralite

On constate ainsi qu’en dehors des communautés liées à l’émission autour des comptes twitter @cashinvestigati et @EliseLucet, les deux principales communautés en bleu clair et en noir mettent en lien les pratiques dénoncées dans le reportage et le débat actuel sur la loi travail. La cartographie des hashtags est encore plus révélatrice à ce sujet :

2016-03-25_1127

  • Caroline De Haas, grande gagnante de l’émission

Si quelqu’un a bien su profiter de ce Cash Investigation pour communiquer sur les réseaux sociaux, c’est Caroline De Haas, initiatrice de la pétition sur la loi travail. Avec l’envoi de 20 tweets pendant l’émission pour un total de plus de 1000 mentions, la cheffe d’entreprise a fait le lien entre les différents reportages de l’émission et la lutte contre la loi travail.

05_tweets_De_HaasPour la première fois depuis que je fais des analyses sur les tweets des émissions Cash Investigation, la communauté la plus active n’est pas directement liée à l’émission, ni même à quelqu’un de mentionné pendant les reportages.

  • Les entreprises citées finalement peu attaquées

Bien que la prestation des entreprises mises en cause était plutôt moyenne, puisque les dirigeants interviewés avaient bien du mal à justifier les pratiques dénoncées, on peut constater que le fait de ne pas s’être dérobé à l’exercice leur a permis de limiter les dégâts :

04_tweets_entreprisesLes critiques sont d’ailleurs très reliées à la mobilisation contre la loi travail ou à d’autres éléments politiques polémiques comme le CICE.

La cartographie montre ainsi très peu de mentions concernant directement les groupes pointés du doigt, ce qui n’était pas le cas pour l’émission précédente sur les pesticides où la plupart des entreprises mises en cause ont refusé la moindre interview. A noter que Michael O’Shea, dirigeant de la défunte Atlanco Rimec devenue Oradeo, et mis en cause durant l’émission, n’est mentionné que 110 fois …

  • Les politiques isolés dans les tweets

Si le total des mentions peut donner l’impression que certains politiques tel que Guillaume Balas (élu européen du PS, invité à la fin de l’émission), Jean-Luc Mélenchon, Nicolat Dupont-Aignan ou encore Philippot ont une bonne visibilité, la cartographie montre qu’ils ne sont pas connectés aux 4 communautés les plus importantes (qui représentent plus de la moitié des tweets) et qu’ils sont mêmes plutôt isolés du débat. En dehors de leurs abonnés, ils ont été très peu repris.

  • Myriam El Khomri, seule contre tous

Alors qu’on a vu que d’autres polititiques de différents partis – ayant néanmoins tous le point commun d’être à divers degrés opposés à la loi travail et au détachement des salariés européens – ont été repris par leurs militants, la ministre du travail se retrouve seule face à ses détracteurs pour commenter sa prestation télévisée :

2016-03-24_1317

Que ses propos soient dénoncés ou moqués par les twittos, il est intéressant de noter que le seul compte twitter lié au gouvernement (ne parlons pas du parti socialiste …) qui envoie un tweet positif pour soutenir la ministre (ainsi que Guillaume Balas et Alain Vidalies) est celui de Jean-Baptiste Prévost, conseiller ministériel. Le compte twitter officiel de la ministre elle-même n’essaye pas de valoriser ses prises de paroles, même quand elle reprend l’expression « il faut être fracassant » du député européen Guillaume Balas, concernant la révision de la directive sur les travailleurs détachés.

Il aurait pourtant été simple d’envoyer des tweets pour faire le lien avec le discours de la ministre du travail dans l’émission : obligation des entreprises à indiquer dans leur bilan social le nombre de travailleurs détachés, l’arrêt de X chantiers ayant des irrégularités depuis 2015, pas de dumping social sur les salariés au SMIC car baisse des charges avec le CICE : c’est en gros ce qu’avait fait avec une certaine réussite le CM de la CNIL pendant le Cash Investigation d’octobre dernier.

Il est quand même étonnant que la communication digitale de la ministre, sur un sujet qui sera forcément associé à la loi travail qu’elle porte, ne soit pas un peu plus réactive. Le cas se posait également dans un précédent Cash Investigation sur la santé avec Marisol Touraine mise en accusation par des twittos qui constataient que son compte twitter était indisponible pendant l’émission …

A l’inverse, une élue Les Républicains accusée de favoriser les relations entre la France et l’Azerbaïdjan, dénoncées par un reportage de Cash Investigation, ne se démontait pas et assumait même son soutien à l’émission.

Conclusion

Sur ce sujet très politique, les entreprises citées et mises à l’index récoltent finalement peu de buzz négatif. Malgré les nombreuses irrégularités relevées, comme le souligne très justement le patron de PME invité en fin d’émission, c’est le principe même du détachement des salariés qui est considéré par les twittos comme un « cancer » pour les entreprises qui se retrouvent face à un véritable dumping social.

Dans ces conditions, il était logique que la mobilisation contre la loi travail, avec ses nombreux témoignages sur la précarisation des salariés, se saisisse de cette émission pour appuyer ses revendications. Dommage que le gouvernement ne l’ait pas plus anticipé dans sa communication, il aurait été utile de valoriser les prises de positions de Guillaume Balas, Alain Vidalies et Myriam El Khomri pour réformer cette directive.

Pour finir, je ne peux m’empêcher de relever une petite publicité pour les services de Publicis en « media training » pour dirigeants amenés à rencontrer Elise Lucet, la mention de l’entreprise pendant l’émission ayant provoqué un véritable bon des recherches Google sur Publicis en France :

06_Publicis

Advertisements

Une réflexion sur “Cash Investigation sur les travailleurs détachés, un sujet idéal pour les twittos de #loitravailnonmerci

  1. Pingback: Cash Investigation sur l’Agroalimentaire et la santé : bon appétit ! | DATA VISUALIZATION & SOCIAL NETWORK ANALYSIS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s