Le silence ne fait pas recette sur twitter, analyse des réactions au Cash Investigation sur la pédophilie dans l’Eglise

Avec plus de 30 000 tweets envoyés durant l’émission et presque 20 000 de plus le lendemain, le reportage de Cash Investigation consacré au silence de l’Eglise dans les affaires de pédophilie touchant ses prêtres aura été un vrai succès sur les réseaux sociaux. L’outil Visibrain nous permet de constater un fort taux de retweets (67 %) qui démontre la viralité de nombreux tweets envoyés pendant l’émission.

Une évolution récente de cet outil de veille permet de détecter les emojs utilisés dans les tweets. Peu nombreux au final sur l’ensemble des tweets envoyés, ils sont pourtant révélateurs des principales réactions des twittos, entre consternation et énervement face à des représentants de l’Eglise finalement peu sensibles à ces affaires, et applaudissements pour la séquence d’interpellation du pape par Elise Lucet.

On retrouve ainsi comme toujours dans le top des tweets les comptes twitter d’Elise Lucet et de l’émission :

Mais également d’autres comptes qui ont obtenu une certaine viralité grâce à leurs tweets qui ont clairement capté l’attention du public connecté ce soir-là :

De fait, les communautés les plus actives apparaissent en soutien de l’émission et de son propos. L’outil de cartographie Gephi permet en effet d’identifier différentes « communautés », c’est-à-dire des ensembles de comptes twitter échangeant les uns avec les autres sur un sujet en reprenant les mêmes idées, ainsi que leurs leaders. Plusieurs mesures sont possibles pour mieux comprendre la dynamique des échanges, notamment le volume de mentions par compte, leur centralité dans les échanges, et l’activité des comptes.

Une première cartographie valorise la taille des comptes les plus actifs pendant l’émission :

On identifie plusieurs groupes distincts qui permettent de pousser l’analyse au-delà des éléments les plus visibles via les retweets : si les communautés de l’émission et d’Elise Lucet dominent les échanges et que comme le top de retweets le laisse apercevoir, beaucoup ont été interpellés par le catholique plaçant la loi de Dieu avant la loi de l’homme, on aperçoit également des tweets moins repris mais très actifs et nombreux de français et d’africains appelant à des réactions du clergé en Afrique.

L’affichage des articles les plus partagés permet également de souligner le partenariat effectué avec Mediapart, un seul article finalement venant au secours de l’église :

En filtrant via Gephi les 50 comptes au centre des échanges twitter, c’est-à-dire qui servent de relais d’informations et qui n’interagissent donc pas uniquement avec leur communauté, on n’identifie comme compte officiel de l’église que celui du diocèse de Paris (en vert, en dessous du compte du journaliste Mathieu Perisse) :

Il est intéressant de constater que c’est via des retweets que @dioceseparis obtient de la visibilité, alors que les comptes à l’origine des tweets soutenant la position de l’église catholique sont de fait invisibles dans les échanges – car ils n’ont été repris que par leur propre communauté. Cela confirme l’image d’une église incapable de se remettre en cause, et facilite d’autant la reprise des tweets les plus négatifs :

Conclusion : Même pour l’Eglise, refuser de reconnaître responsabilité ou culpabilité ne fait que renforcer ses détracteurs tout en isolant ses soutiens

Si la volonté de l’Eglise Catholique de refuser toute remise en cause du fait de son fonctionnement d’un âge canonique d’une part, et de la réputation d’infaillibilité du pape d’autre part semble clairement gravée dans le marbre, comme a pu le montrer l’enquête du Boston Globe avant celle de Cash Investigation, elle n’a plus aucun sens sauf à vouloir donner l’impression d’une complicité avec les prêtres pédophiles ou mis en cause pour de tels faits.

Les expressions consternées d’Elise Lucet quand des responsables de l’Eglise expliquent, informés de faits de cette gravité, n’avoir pas compris pourquoi il fallait saisir les autorités, sont celles du téléspectateur : en dehors du fait qu’il s’agirait d’un réflexe naturel pour tout un chacun, il s’agit de la loi. Le vrai succès d’ailleurs de la séquence d’interpellation du pape est de le mettre au même niveau que les politiques et responsables qui ont déjà été aux prises avec Elise Lucet (le pape n’a d’ailleurs montré aucune exaspération ou impolitesse, à la différence de bien d’autres personnes dans de précédentes émissions).

L’Eglise Catholique a lancé en juillet dernier un site pour communique sur le sujet : http://luttercontrelapedophilie.catholique.fr/ avec un hashtag dédié #LuttePedophilie, mais dont la très faible visibilité laisse plus penser à une tentative de communication qu’à une vraie volonté de s’emparer du sujet : le site obtient 10 000 fois moins de visiteurs uniques en moyenne que le site officiel de l’Eglise Catholique Française auquel il est lié !

Un peu d’espoir néanmoins pour faire changer les choses : l’Eglise Catholique de France a réagi le lendemain de l’émission en disant sa « honte », et les journalistes de Cash Investigation ont reçu de nombreux messages de prêtres solidaires et même heureux du traitement du sujet loin d’être uniquement à charge puisqu’en donnant la parole au père Jaulin, Elise Lucet a rappelé que toute l’Eglise ne soutenait pas ces dérives. Et, de fait, le Vatican annonce deux jours plus tard des actions contre l’un des prêtres accusés et jusqu’ici protégé.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s